Liberté de presse : le Maroc est à 106ème place

Publié le par Mohamed Jaabouk

 

La liberté de presse au Maroc recule. Le classement mondial de Reporters Sans Frontières confirme cette tendance. Le Maroc est classé à 106 place sur un total de 169 pays. Très loin derrière certains pays comme le Mali (53e) ou le Bénin (52e). Dans le classement de RSF, seuls les gouvernements arabes font mieux que Rabat dans les restrictions des libertés de presse. Question de concurrence entre les régimes arabes.

L’Algérie est à la 123e place, la Tunisie (145e) et l’Egypte en queue de peloton au 146 rang. Des positions qui reflètent que tous les laïus sur la démocratie dans cette région ne dépassent guère le stade des belles paroles vite consumées. Les procès contre les journalistes foisonnent.

Au Maroc, l’année 2007 a connu une série de procès intentés à des journalistes et la saisie de publications arabophones et francophones. Sur ce point, la censure n’a pas fait de différence. Fini le temps où le pays était perçu comme une exception dans la région maghrébine et arabe réputée pour sa politique de museler la presse.

Rabat, nostalgique d’un passé récent, a différé durant cette année des journalistes devant les tribunaux. Mustapha Hormatllah, de Al Watan Al An, est actuellement en prison pour avoir fait son boulot. Il a été condamné à sept mois. Réda Benshemsi, le directeur des publication de Tel Quel et Nichane, attend la poursuite de son procès, prévu le 7 novembre prochain, pour « non respect au roi ». L'option de son emprisonnement n’est pas écartée. Dans ce climat de tension, la foudre des autorités n’a pas épargné les journalistes photographes. Le cas de Mourad Bourja en est le parfait exemple. Personne n’y échappe, c’est le message en substance du pouvoir.

Le classement du Maroc par Reporters Sans Frontière rejoint les remarques du Comité de Protection des Journalistes formulées dans son dernier rapport. Le niveau de la liberté de presse dans un pays n’est en fait que le maillon de toute une chaîne qui va de la lutte contre la corruption au combat contre la pauvreté  en passant par le développement économique. Dans les trois cas, le Maroc continue de marquer le pas.

numedya.com
Mohamed Jaabouk

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article