produire moins de déchets

Publié le par Le Figaro

Dix gestes pour apprendre
à produire moins de déchets

Grâce aux mesures de l'ADEME, le poids des

déchets destinés au tri (verre, plastique, papier) est passé de

 71 à 61 kg par personne et par an

 

Les chiffres parlent d'eux-mêmes : la France émet quelque 850 millions de tonnes de déchets par an dont 28 millions de tonnes pour les seuls ménages. C'est pour sensibiliser ces derniers que l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie) donne un coup de projecteur la semaine prochaine sur la prévention et sur la façon de diminuer le volume des rejets dans les poubelles.

Quelque 370 foyers ont donc été sollicités dans toute la France pour participer à une opération témoin durant trois mois. Il leur a été proposé de respecter dix gestes susceptibles de les aider dans leur démarche et de comparer la taille de leur poubelle avant et après.

Au vu des premiers résultats, l'opération a plutôt bien fonctionné. C'est le flux des déchets résiduels qui a le plus diminué. Il est passé de 88 kilogrammes par personne et par an à 63 kg. Une baisse relativement spectaculaire due en grande partie au compostage. Il est vrai qu'une grande majorité des foyers concernés (70 %) réside dans des maisons individuelles. Pour les personnes ne disposant pas de jardin, l'Ademe vante néanmoins les mérites du lombricompostage (digestion des déchets par des vers de terre enfermés dans des dispositifs adaptés).

Un pari réaliste

Le poids des déchets destinés au tri (verre, plastique, papier) a également diminué de 10 kg (de 71 à 61 kg par personne et par an). À quelques exceptions près note toutefois l'agence : «Les personnes les moins sensibilisées au tri avant l'opération ont tendance à trier mieux et donc à augmenter le taux de déchets triés.» Dans cette en­quête, la quantité de prospectus jetés a également baissé. «Au total, on passe de 159 kg par personne et par an à 124 kg.»

La bataille contre la surabondance des déchets est indispensable pour au moins deux raisons. Cela représente tout d'abord une économie importante de matière première, pour les emballages notamment. Mais c'est également le seul moyen d'éviter la construction de nouvelles infrastructures. Qu'il s'agisse d'incinérateurs, d'usines de méthanisation, de dé­charges ou de centres de tri que la plupart des habitants refusent systématiquement dès qu'il est question de les implanter dans leur commune. L'Ademe bien sûr souhaite que cette opération serve d'exemple. Le «Grenelle de l'environnement » a en effet fixé comme objectif de réduire de 15 % d'ici à 2012 les déchets incinérés et stockés, mais surtout de faire diminuer la production des ordures ménagères de 25 kg par habitant sur cinq ans. Un pari réaliste au regard de l'opération menée auprès des 370 foyers qui ont rempli le contrat en trois mois.

Source : Le Figaro

Publié dans Actualité

Commenter cet article