Les rapports maroco-américains après l’investiture de Barak Obama

Publié le par Le journal ALBAYANE

Les rapports maroco-américains après l’investiture de Barak Obama

A n’en point douter, l’avènement de Barack Obama comme président des Etats-Unis d’Amérique suscite dans le monde espoir, mais aussi vigilance pour ce qui est de la politique internationale des USA. Le même sentiment est-il partagé au Maroc, du moins au niveau de la classe politique. Pour en avoir le cœur net, nous avons contacté Mohamed Moujahid (PSU), Abdelouahed Souheil (PPS) et Driss Benali (économiste) sur le futur des rapports maroco-américains et le dossier du Sahara. Ecoutons-les.

Mohamed Moujahid, secrétaire général du Parti socialiste unifié : La nouvelle administration est appelée à entrer dans la logique de la recherche de la paix

«L’investiture du nouveau président des Etats-Unis d’Amérique, Barack Obama, intervient à un moment difficile autant avec l’ampleur qu’a atteint la crise financière internationale que l’inquiétante situation enregistrée sur le plan de la paix internationale. Effectivement, les Etats-Unis se sont livré ces dernière années à un rôle agressif dans nombre de régions dans le monde, notamment en Afghanistan et en Irak, mais ont aussi donné leur bénédiction à l’agression israélienne contre le peuple palestinien à Gaza, avec les massacres que cette agression a provoqués parmi les civils. Cette conduite agressive de la part des Américains a nourri des tensions et des réactions d’horizons divers dont le terrorisme extrémiste islamique. A ce niveau, il faut rappeler que les extrémismes islamiques sont condamnables au même titre que toutes sortes d’extrémismes. Avec cet escalade, la politique américaine a engendré un coût financier énorme, notamment pour la guerre contre le terrorisme et une réputation chez les peuples qui n’est pas des plus fameuses. Aussi les Etats-Unis devraient se livrer à une évaluation rationnelle et profonde de leur politique extérieure et de leurs relations avec le reste du monde dans le sens de la réhabilitation de ces relations et de donner la priorité à leurs propres intérêts plutôt qu’à ceux d’Israël. L’alignement des Américains sur Israël explique pour une bonne part la vague de terrorisme perpétré contre les Etats-Unis. Washington est appelée à se libérer de l’influence du lobby sioniste pour avoir des rapports équilibrés avec la région du Moyen-Orient.

Quant aux relations des USA avec le Maroc, elles doivent s’inscrire dans la même démarche en privilégiant la vision de la paix dans la région et en cherchant une solution politique négociée. En approuvant une position ambiguë et en soutenant l’un ou l’autre des protagonistes, selon les circonstances, les administrations américaines précédentes jouaient un double jeu. Désormais, la nouvelle administration est appelée à sortir de cette logique et d’entrer dans la logique de la recherche de la paix, option qui passe nécessairement par la prise en considération de la proposition marocaine d’autonomie et de faire pression pour arriver à une solution négociée. Enfin, nous sommes en droit de s’interroger jusqu’à quelle mesure la nouvelle administration américaine est elle disposés à assumer un tel changement qui garantisse la réhabilitation de la politique extérieure américaine.»

recueillis Par H.B.

Abdelouahed Souheil, membre du Bureau politique du PPS : Avec Obama, les relations maroco-américaines iront en s’améliorant

Après l’investuture de Barak Obama, comment imaginez-vous les rapports futurs maroco-américains ? Vont-ils se consolider, rester tels qu’ils sont actuellement ? Les relations maroco-américaines sont déjà bonnes et il n’y a pas de raison de s’en douter avec Barack Obama. Elles vont certainement s’améliorer avec le nouveau président. D’ailleurs il l’a exprimé dans son discours d’investiture, mardi dernier, en affirmant qu’il va œuvrer pour de nouveaux rapports avec l’Afrique, le monde arabe, le monde en général, plus équilibrés. Donc je suis optimiste quant à l’avenir des rapports maroco-américains.

Et pour ce qui est du dossier concernant le Sahara ? Concernant l’affaire du Sahara, je pense que, au niveau du Département d’Etat américain, il y a beaucoup de gens qui étaient dans l’administration de Bill Clinton et qui connaissent bien ce dossier. Avec Barack Obama, c’est Mme Hilary Clinction qui est chargée de ce Département. A noter que la position des dirigeants américains à ce sujet est connue. Ils reconnaissent presque tous la solidité de l’offre marocaine, jugée qu’elle est de solide et de crédible. Mais, en dépit de tout, il faut rester vigilant.

Propos recueillis par A. Bidaoui

Driss Ben Ali, économiste-universitaire : «Le Maroc doit renforcer sa présence à l’échelle internationale»

L’arrivée Barak Obama à la présidence des Etats-Unis d’Amérique soulève beaucoup d’espoir et tout le monde attend beaucoup de lui, souligne Driss Ben Ali, économiste-universitaire. Dans ce contexte, et en ce qui concerne le Maroc, le royaume doit montrer un peu plus de présence sur la scène internationale et sa diplomatie doit être beaucoup plus active et travailler davantage pour promouvoir l’image du pays et préserver ses intérêts.

«Ce n’est plus le temps de la guerre froide, ce n’est plus la politique de cette époque et aujourd’hui l’amitié n’existe plus», a-t-il dit, indiquant que le Maroc doit présenter des choses à l’échelle internationale et renforcer mieux sa présence.

«C’est une nouvelle ère qui commence, un nouveau monde d’accord, mais il faut faire attention», a-t-il signalé en rappelant l’époque où le président Carter était aux commandes de la première puissance mondiale.

«Il y a un espoir soulevé, il y a la présence de la démocrate Hilary Clinton aux Affaires étrangères», a-t-il ajouté mais il faut faire attention et travailler mieux sur le plan diplomatique, a-t-il répété. B.A : Le journal ALBAYANE

Publié dans Actualité

Commenter cet article