Des militaires israéliens accusés de crimes de guerre

Publié le par Le Parisien

Proche-Orient

Des militaires israéliens accusés de crimes de guerre

Léa Lejeune | 25.01.2009, 07h00

Les responsables civils et militaires israéliens pourraient être poursuivis pour «crimes de guerre». Le rapporteur spécial pour l'ONU, Richard Falk, a déclaré jeudi qu'à Gaza il n'y avait «aucun doute sur le caractère inhumain d'une opération militaire à grande échelle contre une population essentiellement sans défense». L'offensive engagée le 27 décembre a fait plus de 1300 morts, dont 65 % sont des civils. C'est l'un des critères de désignation du crime de guerre en droit international. «Les preuves de violations du droit humanitaire sont si accablantes qu'elles doivent faire l'objet d'une enquête indépendante», a ajouté le juriste, refoulé à la frontière israélienne le 14 décembre.

Interdiction de quitter le territoire

Cette accusation d'un expert de l'ONU fait suite à une plainte pour crimes de guerre déposée le même jour par un groupe de 350 associations et l'avocat Gilles Nevers auprès de la Cour pénale Internationale (CPI). «Il s'agit surtout de mobiliser l'opinion. Israël n'ayant pas signé le traité de 2002 instaurant la CPI, la plainte n'est pas recevable. Dans ces conditions, seul le Conseil de sécurité peut saisir le procureur de la Cour pénale et donner suite aux accusations», explique Henri Oberdorff, spécialiste des droits de l'homme à l'IEP de Grenoble.

L'Etat hébreu prépare déjà sa défense. Le ministre de la Justice, Daniel Friedman, a mis en place une équipe interministérielle pour contrer les demandes de poursuites auprès des instances internationales. Les responsables militaires ont interdiction de quitter le territoire et leur identité est gardée secrète. S'ils étaient arrêtés dans certains Etats, ils risqueraient d'être poursuivis. Israël persiste dans sa ligne de défense : prouver que le Hamas est le responsable du conflit.

Le Parisien

Publié dans Actualité

Commenter cet article