SCANDALE A AGADIR

Publié le par Association Sahara Marocain

Lundi 29 juin 2009

Association Sahara Marocain

   Le mercredi 24 juin dernier paraissait devant le tribunal de 1ère instance d’Agadir en état d’arrestation une bande de criminels qui avaient assassiné à Tantan le policier Abdelaziz El Messki lors de l’exercice de sa fonction. Comme est devenu coutume dans nos provinces du sud à chaque fois qu’un dealer, criminel ou autre est arrêté, il ou elle politise son cas pour échapper à la justice et acquérir la sympathie des militants des droits de l’Homme sur le plan international.

Ce jour la au tribunal, les accusés en les présentant devant les magistrats n’ont cessé de crier ‘’vive le front polisario, référendum…’’ et nous comprenons la retenue et sagesse du juge qui n’est pas tombé dans le piège de la provocation, mais quand des éléments séparatistes parmi l’assistance à la fin de l’audience commencent à haute voix à insulter de tous les noms les magistrats et notre souverain ainsi que scander des ‘’vives Mohamed Abdelaziz, vive la république…’’ devant tous les corps des services d’ordre, c’est un spectacle de désolation, l’Etat a été incapable d’appliquer la loi au moment où des citoyens marocains d’origine non sahraouie sont jeté en prison et condamné à des lourdes peines pour des motifs dès fois banales.

 

Des soi-disant observateurs internationaux pro-polisario sous la coupole d’une algérienne de nationale française qui de toute façon établiront un rapport négatif et mensonger, étaient sur place pour soi-disant suivre ce procès ont pu en toute liberté se réunir après le procès avec les séparatistes d’intérieur parmi eux nombre d’étudiants universitaires, des aides financières ont circulé au moment où nos services de renseignements ne font que constater car leurs hiérarchies qui confond liberté d’expression et de circulation avec actions des services de renseignements de pays ennemis au Maroc.

 

L’ASM attire l’attention des responsable marocains qui veulent à tout prix faire belle impression sur le volet des droits de l’Homme aux instances internationale, qu’ils se trompent de politique, ils confondent liberté d’expression et collaboration avec service de renseignement étranger sachant que le prix sera très cher payé par le Maroc.   

 

 

Publié dans Actualité

Commenter cet article