Communiqué AMDH et FMVJ

Publié le par hadile.com

COMMUNIQUE INFORMATIF RELATIF A LA REUNION ENTRE L’ASSOCIATION MAROCAINE DES DROITS HUMAINS ET LE FORUM MAROCAIN POUR LA VERITE ET JUSTICE  AVEC LE MINISTRE DE L’INTERIEUR

 

A la suite de l’invitation du ministre de l’intérieur, s’est tenue une réunion le samedi 19 février 2011 à midi ; étaient présents à cette réunion, le ministre de l’intérieur et ses assistants, l’Association Marocaine des Droits Humains représentée par sa présidente KHADIJA RYADI et ses vice-présidents AMINE ABDELHAMID et ABDELILAH BENABDESSLAM et NIDAL SALAM HAMDACH membre du bureau central, le FORUM MAROCAIN POUR LA VERITE ET LA JUSTICE représenté par son président MUSTAPHA MANOUZI et son président d’honneur MOHAMMED SEBBAR .

L’ordre du jour de la réunion, comme l’a annoncé le ministre de l’intérieur, était relatif aux marches qui seront organisées le 20 février 2011 dans plusieurs villes marocaines ; à cette occasion le ministre de l’intérieur a affirmé que les services de son ministère veilleront à ce que les manifestations se déroulent dans de bonnes conditions ; il a demandé aux deux instances de contribuer au bon déroulement des choses vu leur rôle au sein de la société dans la défense des droits humains.

Après l’intervention du ministre, les représentants de l’ASSOCIATION DES DROITS HUMAINS et ceux du FORUM VERITE ET JUSTICE  ont souligné ce qui suit :

1.       L’Association Marocaine des Droits Humains et le Forum Vérité et Justice sont des associations qui soutiennent le mouvement mais elles ne sont pas l’initiatrices du mouvement ; par ailleurs les manifestations du 20 février 2011 sont une initiative développée par les jeunes qui aspirent à un MAROC de LIBERTE, de DIGNITE, des DROITS HUMAINS et de la DEMOCRATIE ; les deux instances estiment que leurs revendications sont légitimes et justes et que  l’ETAT se doit d’y répondre.

2.       Les forces publiques doivent respecter les pleins droits des manifestants/tes à exprimer librement  et pacifiquement leurs revendications ; elles doivent  éviter toutes provocations susceptibles d’engendrer des réactions de la part des participants/tes aux manifestations.

3.       L’ETAT doit écouter les revendications des jeunes et y répondre favorablement et en premier lieu l’instauration d’une constitution démocratique aussi bien au niveau de la forme que du fonds, les fondements d’un ETAT DE DROITS. L’ETAT doit également répondre favorablement aux revendications relatives aux droits économiques, sociaux et culturels du peuple marocain d’autant plus que le MAROC continue à connaitre de graves violations des droits humains et que  les recommandations de l’INSTANCE EQUITE ET RECONCIALIATION n’ont pas été appliquées.

4.       Les deux instances ont également exprimé leurs vives réprobations à la suite des gênes et exactions qu’ont connues les jeunes qui ont appelé aux manifestations du 20 février 2011, ainsi que les forces droits humanistes marocaines  qui les soutiennent ; entre autres exactions, les accusations de trahison qu’a proférées le ministre de la jeunesse et des sports et l’atteinte à la dignité et les menaces.

Jeudi 19 février 2011

Publié dans Actualité

Commenter cet article

alainlerigolo 20/02/2011 23:17



C'est affolant tous ces chefs d'états et leurs sbires qui s'en mettent plein les poches pendant que le peuple meurt de faim y compris dans les pays "développés" mais dans une moindre mesure!